image_blog img-responsive Tourisme

Tourisme de masse VS “slow travel”

Aug 26, 2021

Introduction

Au cours de ces dernières années, l’émergence de nouvelles tendances dans le domaine du voyage a lancé un véritable débat de société : le tourisme de masse VS le “slow travel”. Mais en quoi consistent ces différentes manières de voyager ? Sont-elles diamétralement opposées ? La solution à ce dilemme ne résiderait-elle pas dans le recours à la technologie ?

Le tourisme de masse

image_blog

Il s’agit d’un tourisme qui s’est développé grâce à la baisse du coût du transport aérien et à des prix attractifs dans les complexes hôteliers. Ce modèle touristique a connu un succès immense : selon l’OMT, 95% des touristes mondiaux se concentrent sur moins de 5% des terres émergées. Le tourisme de masse constitue une ressource financière importante dans certaines régions du monde, car il bénéficie à toute l’économie locale.

Pour les touristes, ce modèle de voyage comporte de nombreux avantages : il est peu coûteux, facile d’accès, permet de découvrir des destinations touristiques phares, et offre de multiples choix de modes de transport et d’hébergement.

Toutefois, l’un des critères du tourisme de masse est la surfréquentation, qui cause des désagréments tant pour les voyageurs que pour les locaux. La congestion des services, des hébergements et des routes, ainsi que l’impact environnemental néfaste du sur-tourisme, sont autant de défis posés par cette pratique.

Le “slow travel” ou “voyage lent”

À l’opposé du tourisme de masse, on a vu émerger la tendance du “Slow Travel”, qui signifie “voyager lentement”. Ce mode de voyage consiste à prendre son temps afin d’explorer de nouveaux lieux, de rencontrer de nouvelles personnes et de découvrir une nouvelle culture. L’objectif est d’envisager les choses différemment pour voyager autrement et se recentrer sur l’essentiel. 

image_blog

Le voyage lent met l’accent sur la manière, plus que sur la destination elle-même. Le trajet en lui-même fait partie intégrante de l’expérience, et le recours aux mobilités douces est bien souvent favorisé : se déplacer à pied, à cheval ou en vélo permet de s’imprégner pleinement de la nature environnante et des sensations liées au voyage. L’expérience du rapport avec le terrain physique est ainsi décuplée.

Les avantages sont nombreux : le voyage est plus authentique, plus respectueux de l’environnement et moins coûteux, car les déplacements sont réduits et les hébergements sont nomades ou locaux. Enfin, sur la destination, le voyage lent soulage la charge : la répartition des touristes sur des territoires moins exposés permet d’éviter la concentration de voyageurs. 

Une opposition entre tourisme de masse et voyage lent ?

On oppose fréquemment tourisme de masse et voyage lent comme étant les deux modèles extrêmes du voyage. Mais sont-ils véritablement opposés ? Sont-ils des modèles viables ?

En réalité, le tourisme de masse n’exclut pas le voyage lent, et vice-versa. Le voyage lent n’est pas nécessairement la solution de facilité : bien qu’il s’adresse à tout le monde, il est plus compliqué à mettre en place que le tourisme de masse. Pour un séjour en voyage lent, il faut se réserver plus de temps que pour un voyage de masse et revenir sur la destination, si on veut compléter la découverte de lieux.

Un équilibre à trouver

Finalement, pour réussir à vivre un voyage loin des hordes de tourisme, tout en profitant d’un certain confort et des richesses que la destination a à offrir, il est important de trouver un juste équilibre. Le tourisme de masse présente de nombreuses contraintes que le voyage lent permet d’éliminer ; mais le voyage lent, quant à lui, n’est pas forcément facile à mettre en place et ne convient pas à tous. Quelle serait donc la solution? Elle réside peut-être dans la combinaison de deux obligations...

Un engagement personnel responsable, adossé aux nouvelles technologies

Pour allier confort, expérience optimale et respect de la destination, il nous faut d'abord prendre conscience de notre environnement. Il nous faut ensuite nous éduquer à changer nos habitudes, à voir et concevoir autrement le monde qui nous entoure.

Nous avons la chance de vivre dans un monde moderne extrêmement développé et cela grâce à l'épopée récente de l'ère industrielle ; mais cette dernière a atteint la limite de ses possibilités. Elle fait place aujourd'hui à un monde technologique et bientôt robotisé. La technologie, mariée au voyage (voir notre article précédent), va nous aider à apprendre, comprendre, puis à mieux organiser et gérer nos responsabilités. C'est là que se trouve notre point d’équilibre.

Il existe déjà une multitude de solutions technologiques pour le voyage, qui permettent de trouver des hôtels éco-responsables, de mesurer les émissions de CO², de gaspiller moins d’eau, de limiter la pollution lumineuse, de respecter la faune et flore locales. Quant à l’industrie du tourisme, elle n’a pas pas d’autre choix que de devenir éco-responsable : les bateaux adoptent le gaz naturel liquide, les bus l'électricité, l’avion connaîtra bientôt aussi sa révolution…

Ce sont ces solutions technologiques que nous créons tous les jours qui nous permettent de nous synchroniser avec notre environnement, que l’on soit professionnel ou consommateur.

Stew Travel a pour ambition d’accompagner le mouvement, à travers un planificateur disponible prochainement, afin de rendre accessibles les informations liées à ces nouvelles technologies, pour que chacun d'entre nous puisse partir en voyage de manière totalement responsable. Dès lors, la question ne se posera plus d’avoir à choisir entre partir dans un lieu surfréquenté ou s’isoler : il appartiendra entièrement à chacun de planifier le voyage engagé et responsable de ses rêves.

 

Contenus à découvrir